Le Théâtre du Bambou

COMPAGNIE FUHRMANN – MARIONNETTES DE BOURGOGNE

 

Irène et Norbert Fuhrmann débutent leur aventure dans le climat d’effervescence culturelle de mai 68. Norbert Fuhrmann a travaillé avec le Théâtre de Bourgogne dans les années soixante. La famille a acquis une maison au Poil, hameau de Montagny-les-Beaune. La compagnie se nomme alors Les Marionnettes de Bourgogne. Elle reçoit dès 1970 l’agrément de l’Education Nationale et commence à faire tourner ses spectacles de marionnettes utilisant toutes les techniques : ombres, fils, gaines, tringles …  Elle fait également des tournées et présente ses créations dans des concours prestigieux, notamment celui de Lyon qui installe sa notoriété avec « Mémoires et Misères d’un Cheval » en 1978, et le festival de Bielsko-Biala en Pologne.

Cependant, la Compagnie est nomade et ne dispose d’aucun lieu de création. En 1981, la Ville de Beaune propose à la Compagnie Fuhrmann d’occuper l’ancienne cuverie du Chalet Saint-Paul, légué à la Ville par Paul Chanson en 1976. Des bambous occupent un angle de la cour et donnent un charme particulier à l’endroit : le Théâtre du Bambou est né. Une cage de scène est aménagée, les bureaux occupent les combles et l’ancienne orangerie abrite l’atelier de création. Le Théâtre du Bambou ouvre ses portes en 1983 sur le spectacle « H. Enivrance ».

Durant plus de trente ans, le Théâtre du Bambou va accueillir sur ses bancs ou dans l’espace plus large du Théâtre municipal des milliers de jeunes Beaunois, marquant leur imaginaire de manière indélébile avec les personnages magiques de « Pierre et le Loup » de Prokofiev, de « L’Opéra de la Lune » sur le texte de Prévert, des « Petits Voleurs de Sel » … Il y aura aussi des créations tout public, comme « L’Histoire du Soldat » sur la musique de Stravinsky, « Cabiote, Bourgogne  imaginaire » ou «Montreurs de Rimes ». Au fil d’une trentaine de créations, Irène de Nouaillan, Norbert Furhmann et leur fille Laure s’entourent d’une équipe de professionnels et font appel à des metteurs en scène ainsi qu’à des artistes tchèques de renom pour créer des marionnettes d’une force expressive incomparable.

Norbert Fuhrmann dans « Montreurs de Rimes », Archives municipales de Beaune 99 Z 45
Norbert Fuhrmann dans « Montreurs de Rimes », Archives municipales de Beaune 99 Z 45

Parallèlement, la Compagnie organise des expositions, des animations, des ateliers de création en région et participe à de nombreux festivals, dont celui de Charleville-Maizières, la capitale de la marionnette en Europe. Chaque année, elle va planter ses décors en Avignon pour présenter ses dernières créations. La Compagnie Fuhrmann s’affiche aussi du Mali au Maroc, de la Belgique à l’Italie en passant par l’Allemagne, et jusqu’en Pologne.

Un journal d’informations, « Mouvances », est édité de 1986 à 1997 pour familiariser le public à cette forme de création artistique. Durant deux saisons, 1986 et 1987, le festival « Coup de Théâtre au Bambou » invite des compagnies à produire leurs spectacles à Beaune.

Enfin, chaque Beaunois se souvient de la Biennale de la Marionnette qui, sur six éditions, fit venir à Beaune des artistes de tous les pays, illustrant toutes les techniques et tous les styles. Cette aventure, organisée avec la Ville de Beaune et le Centre Culturel de l’Yonne, prend fin en 2001.

Irène et Norbert Fuhrmann  montent une dernière grande création, « La Fille du Téméraire », qui est donnée en 2000. Mais Laure conserve le flambeau et poursuit son métier de marionnettiste en solo ou en duo avec sa mère, montant « Le Bal d’avant minuit, jeux de Cendrillon » en 2004, « A l’Ombre de la Lumière » en 2005, « Bonjour en 2006 » et « Boite à ci-boîte à ça » destiné aux très jeunes enfants en 2007. Norbert, de son côté, continue d’animer des stages partout en France pour faire connaître sans relâche l’art de la manipulation si subtil et si délicat, l’émotion théâtrale à l’état pur.

La Compagnie Fuhrmann doit, à regret, déménager en 2008. Une émouvante exposition  rappelle aux Beaunois ses plus belles créations et expose sa très riche collection de marionnettes traditionnelles, glanées aux quatre coins du monde.

Irène et Norbert Fuhrmann décident alors de confier les archives de la Compagnie et les dossiers de création de spectacles aux Archives municipales de Beaune. Ce fonds coté 99 Z est consultable aux Archives municipales de Beaune, sous réserve d’autorisation du déposant, et l’inventaire est librement consultable en ligne.

©Yvette DARCY, Archives municipales de Beaune

????????????????????????????????????
Théâtre du Bambou, 15 rue Paul Chanson – fonds 99 Z – Archives municipales de Beaune